Évaluation de la variabilité spatiale de multiples services écosystémiques dans des prairies gérées selon différents modes

von Solen Le Clec’h*. Les prairies fournissent de nombreux services écosystémiques (SE) tels que la fourniture de fourrage, la séquestration du carbone ou la fourniture d’habitat. La connaissance des compromis et synergies entre ces SE revêt une grande importance pour la gestion de ces prairies. Cependant, l’impact des différentes stratégies de gestion sur la fourniture de SE est encore très incertain en raison de la diversité des configurations spatiales des parcelles.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche VALUEGRASS et vise à caractériser la fourniture (niveau ou ordre de grandeur et variabilité) des SE rendus par des prairies suisses sous diverses stratégies de gestion. Pour ce faire, nous combinons des données empiriques de SE avec des données spatialisées de recensement qui renseignement à la fois sur la localisation des parcelles mais aussi sur les intensités d’utilisation des terres. Nous avons basé notre cas d’étude sur 17 383 parcelles de prairies permanentes du canton de Soleure (Suisse).

Nous avons analysé les variations de cinq SE (production de fourrage, régulation du climat, pollinisation, conservation de la biodiversité et récréation en plein air), à partir d’un jeu de données très riche. Les informations sur les SE proviennent de sources variées : relevés terrain sur la richesse spécifique en abeilles et en plantes vasculaires, mesures de carbone sur de parcelles expérimentales et photos postées sur le réseau social Flickr. Ces données ont été utilisées pour calculer la distribution statistique de chacun des cinq indicateurs de SE au sein de chaque stratégie de gestion agricole, considérant régime agricole (pâturage ou prairie de fauche) et intensité d’exploitation (extensive, peu intensive et intensive). L’extrapolation de ces données, implémentée à partir des données de gestion agricole et des caractéristiques biophysiques des parcelles, a permis l’estimation de la provision de ces SE aux 17 383 parcelles de prairies permanentes de notre région d’étude et l’identification des interrelations entre les cinq SE considérés.

Notre étude souligne trois points principaux:

  • Les stratégies de gestion (régime et niveau d’intensité) jouent un rôle important dans la fourniture de SE. Toutefois, leur influence dépend du SE considéré. En général, une gestion extensive, en particulier dans les pâturages, favorise tous les SE, sauf la fourniture de fourrage. A l’inverse, une gestion intensive favorise essentiellement la fourniture de fourrage.
  • Pour une même gestion agricole, la fourniture potentielle de SE peut varier d’une parcelle à une autre, en raison de l’influence des facteurs environnementaux liés à la topographie et à la structure du paysage.
  • Au niveau cantonal, il existe un compromis (trade-off) entre la fourniture de fourrage et les autres SE. Néanmoins, au sein d’une même stratégie de gestion, c’est deux SE deviennent synergétiques. Cette synergie est due à l’impact négatif de l’altitude sur les deux SE, puisque la provision de ceux-ci tend à diminuer lorsque l’altitude augmente.

Notre étude présente deux implications majeures pour les politiques traitant de la gestion agricole des prairies dans l’agriculture européenne. Premièrement, considérer la variabilité spatiale des SE rendus par les prairies, variabilité liée aux facteurs environnementaux sous-jacents, permettrait d’optimiser la configuration spatiale des parcelles au sein d’un territoire, en prenant en compte leur mode de gestion agricole. Deuxièmement, les divers compromis résultant des différents régimes et intensités de prairies observés dans notre région d’étude impliquent que les paiements ou autres formes de soutien aux prairies peu intensives dans le but de promouvoir la biodiversité n’améliore pas nécessairement la fourniture des autres services. Cela rend difficile la conception de mesures agroenvironnementales qui répondent à de multiples objectifs environnementaux. Dans ce contexte, des mesures agroenvironnementales évaluées sur leurs résultats effectifs pourraient fournir des incitations plus efficaces et plus rentables pour la fourniture des SE en prairie. Ainsi, les informations apportées par notre étude sur la variabilité spatiale et les compromis entre SE pourraient servir de base à la conception de politiques agro-environnementales efficaces et efficientes dans l’agriculture européenne.

 

Lien vers l’article : Solen Le Clec’h, Robert Finger, Nina Buchmann, Arjan S Gosal, Lukas Hörtnagl, Olivier Huguenin-Elie, Philippe Jeanneret, Andreas Lüscher, Manuel K Schneider, Robert Huber, 2019. Assessment of spatial variability of multiple ecosystem services in grasslands of different intensities. Journal of Environmental Management. https://doi.org/10.1016/j.jenvman.2019.109372

*Solen Le Clec’h est maitre de conférence (Assistant Professor) dans le groupe „Environmental Systems Analysis“  à l’université Wageningen (et ancienne post-doc dans le groupe AECP).

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

About Robert Huber